Revue de presse d'août

Du nouveau chez StackOverflow

StackOverflow vient de lancer en beta, selon ses propres termes, sa plus grande mise à jour depuis sa création. Il s’agit d’un module de documentation, intelligemment nommé Documentation. La différence principale avec le système de questions-réponses déjà en place est que les articles développés ont vocation à donner une information vaste et faire office de référence sur les sujets. Le parti pris est de favoriser les exemples qui sont souvent plus compréhensibles que de grandes explications. Au menu : édition collaborative, versionnage, organisation et recherche avec des tags. La mécanique de gamification qui a contribué au succès de StackOverflow est également présente.

GCP prend soin de vos données

Le blog de la plateforme cloud de Google nous informe que ses utilisateurs sont désormais à même de contrôler la façon dont leurs données sont chiffrées, en utilisant s’ils le souhaitent un jeu de clés personnel, c’est-à-dire non géré par Google. Dans ce cas de figure, il appartient évidemment à l’utilisateur de conserver ses clés de façon sécurisée, dans la mesure ou la perte d’une clé entraînerait également la perte irrémédiable des données. Côté exploitation, il est possible d’accéder aux données via l’outil gcloud en embarquant dans la requête une clé ou un certificat RSA.

L’intelligence artificielle au service de vos applications

Google multiplie les annonces concernant sa plateforme de Cloud. La firme propose ainsi depuis peu l’accès à deux nouvelles APIs (en mode beta), Cloud Natural Language et Cloud Speech, qui font appel à la technologie de machine learning utilisée par Google Search. La première apporte une compréhension globale du texte et des entités associées (personnes, objets, localisations), alors que la seconde a vocation à convertir le langage parlé sous forme textuelle. Google annonce accessoirement l’ouverture d’une nouvelle région pour GCP en Oregon, offrant ainsi une couverture géographique similaire à celle d’Amazon Web Services, tout au moins aux Etats-Unis.

Planet-scale engineering chez Google

Ce billet de HighScalability propose un exposé très instructif des méthodes, trucs et astuces de management et d’organisation du travail que Google utilise pour donner cette impression de continuité de service parfaite. Si la démarche DevOps vous intéresse, vous devriez y jeter un œil, vous ne perdrez pas votre temps.

Terraform 0.7

Un des jouets sortis des fonderies de Hashicorp prend de la bouteille. Terraform, avec sa version 0.7, apporte quelques fonctionnalités assez prometteuses :

  • import : il est maintenant possible d’adopter une ressource existante dans votre stack Terraform. Vous évitez ainsi de devoir systématiquement tuer et recréer vos ressources lors du passage à Terraform.
  • data sources : pour l’instant limité à AWS, le concept de data source apparaît. Il vous permet de déclarer une valeur dynamique, qui sera renseignée par l’interrogation des APIs du provider : finies les requêtes pour calculer la plus récente AMI correspondant à vos critères de déploiement.
  • state cli : pour éviter les modifications manuelles sur les fichiers state, un nouvel ensemble de commandes arrive pour vous faciliter la vie. List, mv, show et rm vous permettront de manipuler vos fichiers state en toute sécurité.

    Tout ceci est très beau, mais attention à planifier votre passage de la version 0.6 à la version 0.7. Le format des fichiers tfstate évoluant, il faudra synchroniser toutes vos mises à jour pour éviter d’avoir Terraform 0.7 sur un poste de travail et la version 0.6 sur votre usine de déploiement continu ; le résultat serait pour le moins hasardeux.

rkt 1.11

Docker a beau être le moteur de conteneur le plus populaire, des alternatives existent et rkt en fait partie. Développé par CoreOS, rkt a pour but de corriger certaines erreurs de jeunesse de Docker en rendant l’exécution de conteneurs plus rapide et plus sécurisés. Ce mois-ci, une nouvelle version fait son apparition avec beaucoup de corrections de bugs et certaines nouveautés intéressantes comme la compatibilité avec le nouveau format d’image UCI et le dernier format d’image Docker. Notons également que rkt est désormais compatible avec la dernière version de Kubernetes. Il devient donc de plus en plus simple de passer d’un moteur à un autre.

Swarm 2000

Un projet un peu particulier a fait son apparition sur GitHub, ils s’agit de Swarm 2000. Son objectif ? Créer le plus grand cluster communautaire Docker Swarm. Pourquoi ? Dans le but de valider des scénarios complexes et d’observer le comportement de Swarm sur un parc hétérogène. N’hésitez pas à ajouter vos propres serveurs.

Habitat, le compagnon du conteneur nomade

Le projet Habitat vient d’être lancé par Chef. Le but est de fournir un packaging signé permettant d’encapsuler dans un unique binaire, à la fois votre conteneur et les outils pour le déployer. Ce binaire sera déployé sur un hôte Habitat, qui viendra piocher dans le package ce qu’il faut d’instructions pour le raccorder au monitoring, à la collecte de logs, etc. Que votre hôte Habitat soit sur un serveur bare-metal ou une plateforme comme Mesos devrait être transparent. Ce sont là de bien belles promesses, un projet à surveiller.

Sortie d’Ansible Tower 3

Red Hat a publié la version 3 d’Ansible Tower, son outil de gestion centralisée pour les déploiements Ansible. Celui-ci apporte des fonctionnalités propres à l’univers de l’intégration continue : planification et automatisation des traitements, gestion des permissions et des notifications, le tout à l’aide d’une interface graphique. L’idée est de pouvoir permettre à des personnes au profil moins technique d’utiliser Ansible de façon quotidienne. Le produit peut être testé gratuitement (des images Vagrant et EC2 sont disponibles, il est également possible après avoir rempli un formulaire d’obtenir un lien de téléchargement pour une installation personnalisée). A noter que Tower 3 ne supporte que les versions 1.8 et supérieures d’Ansible.