Compte-rendu du Meetup GDG du 14/09/2016

Compte-rendu du Meetup GDG du 14/09/2016

Mercredi 14 Septembre, le Google Developer Group a organisé un meetup autour de Kubernetes dans les locaux de Google France. Pour les absents malchanceux, voici un résumé du déroulement de cet événement.

Des nouvelles de GCP

Hôte oblige, Thibault Pouget, CTO de Cirruseo, nous a présenté les nouveautés sur Google Cloud Platform :

  • Cloud SQL a fortement évolué. La version de MySQL est désormais la 5.7, l’espace disque est automatiquement redimensionné si les besoins augmentent, le PITR est désormais disponible ainsi que les réplicas. Tout ça avec une multiplication par 7 des performances.
  • Big Query connaît aussi une évolution des performances de son moteur d’exécution et de stockage. Le partitionnement des données est automatique et paramétrable. Cherry on the cake : la syntaxe est compatible avec le standard SQL.
  • Cloud Endpoints propose un framework en bêta permettant de créer des APIs respectant le standard Open API et utilisables sur Compute Engine/Container Engine en plus de l’App Engine.
  • Pour finir et se rapprocher du sujet de la soirée, Kubernetes a été upgradé en version 1.3.

Introduction à Kubernetes

gdg_alain

S’en est suivi une présentation d’Alain Regnier, CTO d’Alto Labs, pour une introduction à Kubernetes. Après un historique des containers, de chroot à Docker qui a simplifié la mise en place des containers, il apparaît que l’un des points noirs de Docker a été pendant longtemps le manque d’orchestration des containers. Ce point a depuis été comblé par des produits tels que Mesos, Swarm et bien évidemment Kubernetes. Kubernetes est un logiciel écrit en Go permettant le management de containers, pilotable via une API Rest. De ce fait, le déploiement et la gestion d’applications s’en trouvent fortement facilités.

gdg_bruno

Pour aller plus loin, Luca Bruno de CoreOS nous a présenté une alternative à l’utilisation de Docker avec Kubernetes. Cette alternative se nomme RKT. Tout comme Docker, RKT permet le lancement de containers. RKT est articulé autour de 3 principes :

  • la sécurité : vérification de l’intégrité et de la signature des images, isolation, accès kernels restreints
  • la composabilité : intégration à systemd/supervisord/kubernetes, absence de daemon, plusieurs moteurs d’exécution (cgroups/Linux namespaces, LKVM, chroot)
  • le respect des standards : appc (APP Container), CNI (Common Network Interface), OCI (Open Container Initiative), permet d’utiliser nativement des images Docker.

Une démonstration des fonctionnalités de RKT a été effectuée. Dans les derniers mois, un fort travail a été fourni dans le projet Kubernetes afin de permettre le lancement de containers avec RKT (et se poursuit avec le projet rktlet). Ce lancement est couvert sur rktnetes.io

Kubernetes par l’exemple

La soirée s’est terminée par un atelier Kubernetes animé par notre collègue Cédric Hauber, cloud builder. Cet atelier a permis aux auditeurs souhaitant participer de se familiariser avec l’utilisation de Kubernetes autour d’un concours basé sur l’Euro de football. Chaque participant se retrouvait ainsi responsable d’une équipe.

gdg_cedboss

Au fur et à mesure des étapes, les participants ont donc découvert comment déployer une application, l’ajout de services afin de rendre l’application disponible sur chaque noeud du cluster depuis l’extérieur. Une fois disponible, il a fallu rendre l’application scalable et hautement disponible via une démonstration des réplicas, load balancer et des rolling updates. Les explications sont disponibles sur le github de Wescale.

A la prochaine ?

C’était une excellente soirée, si ce compte-rendu vous a donné envie et que vous souhaitez avoir une chance de venir au prochain évènement organisé, abonnez-vous au meetup par ICI. Encore merci aux organisateurs et aux speakers.