Revue de presse de Juin

Le nouveau CI de Cloudbees: Jenkins Team

Aujourd’hui, Jenkins est l’un des outils open source les plus utilisés dans le marché IT et permet d’automatiser toutes sortes de tâches telles que le build, le test ou le déploiement.

Des milliers de plugins jenkins sont disponibles permettant d’apporter plus de fonctionnalités.

Avec ce nombre important de plugins open source, il est très difficile d’effectuer à chaque fois une vérification rigoureuse sur le plugin avant son utilisation.

Cloudbees, le fournisseur entreprise de l’offre Jenkins, lance Jenkins Team. Via son programme CAP (CloudBees Assurance Program), l’ensemble des plugins de la communauté sont vérifiés en détail. Ainsi, la stabilité de l’outil est garantie et sa mise à niveau avec l’installation ou la mise à jour des plugins peut être effectuée sans crainte.

Une assistance 24/7 est aussi proposée pour résoudre les différents problèmes rencontrés, et obtenir des conseils en matière de bonnes pratiques.

Pour plus de détails sur Jenkins Team, consultez la page officielle.

Google, IBM et Lyft annoncent Istio un service mesh pour micro-services

Dans la revue de presse de Mai, nous vous annoncions la sortie de Linkerd 1.0. Il n’aura pas fallu longtemps à Google pour dégainer une réponse. Ce nouveau projet open source nommé Istio propose aussi un service mesh pour les micro-services. L’idée derrière ce projet est de fournir une couche réseau intermédiaire qui va se charger de la distribution, de la résilience, de la sécurité et du monitoring pour les communications entre les services. Pour réaliser cette magie, lstio repose sur Envoy le proxy développé par Lyft.
Au menu de cette version 0.1, nous trouvons une intégration forte avec Kubernetes, Prometheus et Grafana pour le monitoring, et Zipkin pour l’analyse et la traçabilité.
Avec son support pour DC/OS, Kubernetes et Docker, LinkerD garde une longueur d’avance. Mais la liste des contributeurs sur Istio, à commencer par Google, promet un bel avenir à ce projet que nous suivrons de près.
Pour en savoir plus :

Une nouvelle version pour ETCD

CoreOS annonce ici une nouvelle version de ETCD, l’outil de service discovery utilisé par Container Linux OS et Kubernetes pour ne citer qu’eux. Les nouveautés associées à cette version sont les suivantes :

  • la gestion des namespaces, ce qui permet de se protéger des potentielles collisions entre clés partageant le même nom,
  • la capacité de gérer jusqu’à 1 000 000 d'événements par seconde, via l’utilisation de proxys gRPC, permettant ainsi de répartir la charge sur le cluster ETCD,
  • la gestion du cluster (élection et gestion des locks) est désormais exportée via des proxys gRPC pour améliorer les performances des clusters ainsi que la latence.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter cet article de blog.

AWS offre l’auto-scaling à DynamoDB

DynamoDB, la base NoSQL d’AWS, est déjà utilisée à grande échelle par le plus grand nombre. Parmi les ombres au tableau de cette solution managée, on trouvait jusqu’alors un modèle d’instanciation nécessitant la réservation de capacité en lecture et écriture pour les tables. Il fallait donc adapter le provisioning par une opération manuelle pour adresser les baisses et augmentations de trafic. Selon le même principe que les autoscaling groups, vous pouvez désormais définir une stratégie de scalabilité automatique des unités de capacité en lecture et en écriture. Le mécanisme repose sur un rôle (DynamoDBAutoscaleRole) et des alarmes CloudWatch pour superviser l’augmentation et la diminution des besoins en capacité d’entrée/sortie.
Attention toutefois, l’auto-scaling de DynamoDB est prévu pour adresser des pics de charge prévisibles et linéaires. Si vous cherchez une solution pour les pics de charges instantanés, AWS recommande de le combiner avec DAX(Amazon DynamoDB Accelerator), la solution de cache pour accélérer la lecture sur les tables DynamoDB.
Pour plus d’informations sur le sujet :

Google Cloud s’étend en Asie

Google Cloud a ouvert ce mois-ci non pas une, mais deux nouvelles régions en Asie Pacifique. Vous pouvez désormais déployer vos applications et stocker vos données sur les nouvelles régions : Singapour et Sydney.

Respectivement, elles possèdent 2 et 3 zones de disponibilité. Singapour vient répondre à la forte augmentation de clients payants en Asie du Sud Est (+100% en un an). Sydney est quant à elle la première région Australienne de Google. Elle ouvre donc le marché en améliorant les performances réseau avec une réduction de 80% à 95% des latences RTT (round-trip time). Avec Taïwan et Tokyo, l’Asie dispose désormais de quatre régions Google Cloud pour seulement deux en Europe (Londres et Belgique). Espérons que Google ne nous oubliera pas nous autres européens.

Pour en savoir plus :

Spinnaker passe la première

En 2015, Google et Netflix s’associaient pour lancer le projet OpenSource Spinnaker. Pour les novices, Spinnaker est une plateforme de gestion de releases qui permet d’automatiser le déploiement des versions pour les applications Cloud. Cet outil de Continuous Delivery est déjà largement utilisé par Netflix, Google Waze, Oracle et Microsoft pour adresser le déploiement continu.
Deux ans plus tard, Google nous annonce la version 1.0 et 1.0.1 à quelques jours d’intervalle. Dans son annonce, Google Cloud revient sur les raisons d’utiliser Spinnaker :

  • Un support de déploiement multi-cloud avec GCP, AWS, Azure, Kubernetes et OpenStack. Cela permet d’éviter le vendor lock-in ou de déployer ses applications en tirant parti des avantages de chaque fournisseurs
  • Une automatisation des releases à l’épreuve des balles. Spinnaker s’intègre avec votre outil de CI Jenkins, Travis CI par exemple. Les pipelines sont spécialisables à volonté et permettent de définir la stratégie d’élection des releases que vous souhaitez (staging, manuelle, validation par des tests, …)
  • Des méthodes de déploiement éprouvées, avec le Blue/Green, le rolling update, le canary testing, la séparation du trafic et le rollback facile. Il suffit de choisir sa stratégie par environnement et Spinnaker fait le reste pour vous
  • Une authentification forte et une gestion des accès par rôle. Les rôles sont intégrés nativement pour permettre de définir, par exemple, une étape de validation manuelle accessible uniquement pour un rôle donné.

Cette version 1.0 vient avec un nouvel outil en CLI nommé Halyard. Avant Halyard, l’installation et la mise à jour de Spinnaker devait se faire service après service, une opération longue, fastidieuse et source d’erreur. Avec ce nouveau CLI, les Ops peuvent déployer et mettre à jour Spinnaker de façon transparente.

Pour plus d’informations sur Spinnaker :

AWS danse la Java

James Gosling, créateur du langage Java au début des années 90, vient d’annoncer son recrutement par Amazon Web Services. C’est ici l’occasion pour AWS d’augmenter l’attractivité de ses services aux développeurs Java par l’utilisation du SDK Java existant depuis les débuts d’AWS.
Le rôle de James Gosling au sein d’AWS sera celui “d’ingénieur distingué” et plus précisément, il sera conseil sur différents sujets.

Red Hat acquiert Codenvy

Red Hat, l’un des pionnier de l’Open Source annonce l'acquisition de Codenvy, pour étendre son offre de services au sein de la plateforme OpenShift.io

Codenvy a développé Eclipse Che, un IDE cloud et open source. Che permet aux développeurs d’avoir un outil de travail accessible partout, ce qui facilite la collaboration grâce à l’espace de travail en conteneurs.

Pour plus d’informations, sur le blog de Red Hat ici.