La Google Cloud Platform a bien évolué depuis ses débuts en 2008 avec App Engine. C’est aujourd’hui un cloud qui se veut leader dans la data, la cyber-sécurité ainsi que dans l’approche multi-cloud et cloud hybride. Pourtant, la stratégie de cette plateforme n’a pas toujours été celle que nous connaissons, créant ici et là une impression d’une plateforme avant tout orientée ingénierie et non business.
Le postulat d’alors était simple : “Venez chez nous, nous avons les meilleures technologies”.
Cela n’a eu que peu de prise sur le monde de l’entreprise qui a généralement plébiscité les offres Amazon avec AWS ou Microsoft avec Azure.
Cependant, un virage a été pris ces dernières années avec une stratégie résolument tournée vers les entreprises, tout en gardant la fibre ingénierie des premières années.
La dernière conférence Cloud Next’21 est à ce titre une brillante illustration de la consolidation de cette stratégie.
Désormais, l’accent n’est plus mis sur les nouveaux services innovants, voire “disruptifs”, mais sur les partenariats qui permettent de mieux s’intégrer au monde de l’entreprise.
L’ambition de Google Cloud n’est pas d’être un élément d’une stratégie cloud mais bien d’être LA stratégie cloud d’une entreprise en portant des valeurs telles que l’open data et le multi-cloud.
Enfin, notons un engagement environnemental qui monte en puissance mais qui contient toujours un angle mort vis-à-vis de la sobriété énergétique.
C’est à travers cette compréhension que nous avons sélectionné un certain nombre d'articles illustrant ce tournant.

Stratégie multi-cloud et cloud hybride

Les architectures mixant cloud public et cloud privé (Cloud Hybride) ou s'appuyant sur plusieurs providers de cloud public (multi-cloud) sont clairement identifiés comme des axes stratégiques pour la GCP. Anthos est la technologie Google qui porte cette ambition depuis Cloud Next 2019. Service spécialisé dans le management de workload où qu’elle se trouve, ce dernier prend du temps à trouver son public dans le milieu hyper-concurrentiel du cloud public.
Google n’en demeure pas moins convaincu de son approche et enrichit Anthos de nouvelles capacités. D’une part les intégrations existantes avec ses propres services et ceux des autres cloud sont à l’ordre du jour, mais c’est surtout la possibilité d’étendre Anthos “chez” le client “at the edge” qu’il faudra retenir.

Du contexte actuel ressortent plusieurs enjeux majeurs :

  • Une nécessité de contrôle de souveraineté de la donnée
  • Une volonté de maîtrise de sa stratégie de migration vers le cloud
  • Un besoin accru en IoT

Donner la possibilité à ses clients d’étendre le cloud Google via du hardware dédié et dont il est propriétaire est un mouvement intéressant voire nécessaire.

Cette offre porte le nom de Google Distributed Cloud et peut d’une certaine manière se voir comme le Cloud Google on-premise.
Ce qu’il faut comprendre à travers cette offre, c’est que plus que jamais Google souhaite approcher des organismes à fortes contraintes telles que les banques et autres organisations gouvernementales. Là où les gros contrats se trouvent in fine. C’est dans ce cadre-là que Google a annoncé des partenariats stratégiques, récemment avec Thalès et OVH Cloud en France ainsi que d’autres acteurs comme T-Systems en Allemagne pour sa version "hosted" de Google Distributed Cloud.

Une data plateform mature

La GCP n’oublie pas son atout majeur lors de cette conférence, c’est à dire son savoir-faire dans le domaine de la donnée.
Deux points nous semblent pertinents à retenir:

  • Consolidation de l’intégration des différents services de traitement de données :
    Ce mouvement déjà entamé depuis plusieurs années s’est vu enrichir par l’annonce de Dataplex cet été qui ambitionne de définir une expérience unifiée autour de la data.
    Pour sa partie manipulation de données, Google s’appuie sur deux technologies phares, Apache Beam et Apache Spark, disponibles en version managée avec respectivement Dataflow et Dataproc. Ces derniers s’intègrent de plus en plus dans la stratégie serverless de GCP, plébiscités par les clients pour leur simplicité, via deux annonces. Après Dataflow Prime, annoncé au second trimestre 2021, c’est au tour de Spark d’avoir une utilisation simplifiée avec Spark serverless.
    Il est à noter que ce nouveau service est déjà bien intégré avec Dataplex et BigQuery, ce qui permet d’atteindre un niveau de fluidité assez exceptionnel en termes de traitement de données.
    On ne parlera plus de déplacer la donnée mais plutôt de la consommer là où elle se trouve par l’ouverture de Stream via les nombreux connecteurs disponibles.
    C’est un gage d’efficacité fonctionnelle, temporelle (latence), mais pas forcément financière. Dans ce dernier cas, il est toujours possible de revenir aux transferts de données classiques.
  • Annonce de Vertex AI :
    L’IA revêt un aspect stratégique pour tout entreprise au moins sur la forme. Google propose Vertex AI, successeur de Google Datalab, pour créer et entraîner des modèles de Machine Learning.
    L’annonce d’une version workbench i.e complètement intégrée à Dataplex, BigQuery et Looker est un pas décisif vers une expérience Data unifiée.
    Pour un consommateur de la GCP, cela facilite grandement la création d’une plateforme de données cohérente, performante et qui ne nécessite que peu de maintenance opérationnelle.
    Notons qu’à ce niveau, Google est loin devant ses concurrents en termes d'expérience utilisateur autour de la data.

Une plateforme fer de lance du Zero-Trust

Mettre sa donnée et les traitements associés dans un cloud, public qui plus est, doit se faire avec certaines garanties en termes de sécurité.

Google a toujours été une cible privilégiée de la cybercriminalité et peut se targuer à ce titre d’une expérience unique pour se prémunir des attaques potentielles.
Cette réputation se concrétise par la création d’une task force pour guider les entreprises vers des pratiques vertueuses et sécurisées du cloud.
L’objectif de la GCP est de rendre la sécurité la plus invisible possible pour le client et inversement la plus complexe possible pour l’attaquant.
Cela prend en compte l’ensemble des personnes d’une entreprise en considérant à la fois les profils techniques et non techniques. Le Zero-trust est toujours le pivot central de cette philosophie en particulier le software delivery lifecycle qui s’avère, ces dernières années, un point d’attaque privilégié.

La prise en compte des émissions CO2 se confirme en tant que tendance long terme

Google ne fait pas de secret de son ambition d’atteindre la neutralité carbone avec son cloud.
Soupçonné de faire du greenwashing par certains, il n’en reste pas moins que Google apporte des solutions concrètes à ses clients via une console dédiée à l’optimisation de la consommation CO2 générée par ses workloads. Ces initiatives ne peuvent pas se balayer d’un revers de la main mais ne font pas oublier un angle mort de cette politique qui se trouve autour de la sobriété énergétique.
Le cloud compte pour près de 4% des émissions CO2 dans le monde et la tendance est croissante.

Au delà de ces principales annonces, certaines nouveautés ont attirées notre attention:

Un Prometheus managé

Avec Google Cloud Managed Service for Prometheus, la promesse d’avoir un service managé scalable,  basé sur le même service de stockage time-series que GCP monitoring, mais avec le standard Prometheus pour le requêtage et l’ingestion de metric ne rend pas indifférent. Google connait bien le sujet puisque Prometheus est inspiré de Borgmon, leur outil de monitoring interne, ce qui n'augure que du bon. https://cloud.google.com/stackdriver/docs/managed-prometheus

Bigquery + Logging = Log Analytics

Avec GCP logging, tous les logs sont requêtables via l’interface de logging. Grâce à Logs Analytics, il ne sera pas plus nécessaire de copier ces logs dans BigQuery pour pouvoir les exploiter pour de l’analyse plus poussée. Il suffit d’activer cette nouvelle option sur le “log bucket" pour pouvoir l’utiliser comme une table BigQuery : https://cloud.google.com/logging/docs/log-analytics

Conclusion

Loin d’avoir été exhaustifs, nous avons souhaité donner une vue d’ensemble sur les annonces marquantes de cette édition Cloud Next et l'interprétation que nous en faisons.
Clairement, Google se recentre sur les besoins réels des entreprises. D’aucun diront que Google est devenu pragmatique. Les effets d’annonces autour d’une technologie disruptive se font plus clairsemés au profit de partenariats concrets et consolidations de services existants.
Il est à parier que cette tendance se poursuivra tant que Sundar Pinchai et Thomas Kurian seront aux manettes. Cela se comprend au vu des parts de marchés à gagner sur les concurrents que sont Azure et AWS, qui restent toujours loin devant.
Avec une offre cohérente et toujours plus engagée vers les entreprises, il sera intéressant de suivre l'impact que cela aura sur le marché.